Gagnant: - Dominique Bastin - Livre: Simple

Prix coup de coeur

On pourrait dire que l’homme observe la vie et le monde depuis une véranda.
A partir d’une certaine hauteur, disons au hasard, 1m50, la vitre est teintée, si bien qu’on ne voit plus le monde avec les bonnes couleurs.
Les enfants grandissent, ils voient clairement. Ils deviennent ados, le brouillage des couleurs leur fait peur. Puis ils deviennent adultes. Ils se font soi-disant une raison, mais ne cessent de regretter le temps béni où ils ne confondaient pas la couleur de la mer à celle du pétrole.
Le pire dans tout ça, c’est que c’est l’homme lui-même qui colore la vitre par toutes sortes de " bonnes manières".
Simple, c’est celui qui devant la vitre, au lieu d’être debout comme tout le monde, est assis sur le sol. On se sent supérieur à lui.
Mais on lui en veut parce qu’il voit clair de son point de vue, et qu’il nous dit : " Ce que vous prenez pour du vert est en fait du bleu".
On ne supporte pas (et on le lui fait bien sentir !) qu’il nous fasse remarquer nos erreurs, d’autant plus que des fragments de souvenirs nous rappellent qu’il a raison…
" - Pourquoi les gens, ils sont méchants avec monsieur Pinpin ?"
Simple avait le don de bouleverser Corentin.
On est tous Corentin, un jour ou l’autre…
On n’apprend pas grand-chose avec ce livre, si ce n’est un peu à vivre ...

Gagnant: - Thi Tuyêt Minh Nguyen - Livre: E-den

Prix du philosophe en herbe

J’ai eu un véritable coup de foudre pour E-den.
Non pas uniquement pour cette manière qu’ont eue les auteurs pour représenter le Monde tel qu’il est, tel qu’il devient, mais surtout pour ce qui fait la Vie, tel qu’il y est décrit.
Nous, adolescents que nous sommes, sommes comparables à ces personnages : nous sommes jeunes et sans doute " cons".
Mais peu importe…
La Vie se dessine à nos pieds, pourtant l’affronter, c’est se heurter à un mur de souffrances, qu’il nous faut apprendre à surmonter. Rester à nous complaire dans nos rêves est, de loin, une illusion si agréable et si simple…
Pourtant, devant ce mur qui refuse de céder, nous finissons par oublier que nous ne sommes jamais seuls à souffrir.
Nous devenons d’une certaine manière, égoïstes, et nous nous isolons, nous nous refermons sur nous-mêmes en refusant de partager notre douleur. Par l’isolement, nous aurions voulu nous protéger, mais nous n’en devenons que plus vulnérables face à un mur qui s’épaissit.
Toujours ou du moins tout au long de notre vie, il se dressera sur notre chemin. Il ne s’agira pas alors d’y foncer tête baissée, mais de le contourner. Quelques fois, il fera mine de disparaître, mais à quoi bon s’y acharner ?
Tant d’autres choses sont plus importantes et nous font avancer.
La Vie n’est ni blanche ni noire, toujours " grise". Elle n’est ni pur bonheur ni pur malheur. Elle est Amour et elle est Peine. Vivre, c’est accepter les deux facettes de la Vie.
Des fois, elle sera E-den, d’autre fois elle sera Enfer.
Alors tâchons de vivre fidèles à nous-mêmes.

Gagnant: - Aubry De Voeght - Livre: Bjorn le Morphir

Prix de la critique

J’ai beaucoup apprécié l’histoire de Bjorn, originaire de Fizzland, qui vit plein d’aventures fantastiques. Le style est vivant rempli de dialogues variés passant de l’humour à la tristesse. Je peux sans peine m’identifier au troll Dizir qui est débrouillard, courageux et un petit peu râleur. Le héros de cette histoire est, au début du livre, réservé, craintif et faible mais au fur et à mesure du temps, il se transforme pour devenir courageux, fort, agile et intelligent.

Gagnant: - Aubry De Voeght - Livre: E-den

Prix de la critique

J’ai beaucoup aimé l’histoire de Goran, originaire de France, son amour pour Mélanie et le fait que l’histoire se passe dans le futur car j’aime les livres de science-fiction. Le style est dynamique, rempli de dialogues passant de la colère à l’amour. Je ressemble à Péri, le meilleur ami de Goran, qui se préoccupe beaucoup des autres et qui montre son grand courage en venant en aide à son ami.
Le héros, Goran, va triompher de tous les obstacles par amour pour une fille.

Gagnant: - Aubry De Voeght - Livre: Ciel jaune

Prix de la critique

J’ai moyennement apprécié l’histoire de Jodh, orphelin de guerre, j’ai aimé son combat pour recouvrer sa liberté. Par contre, je n’ai vraiment pas aimé les dialogues mous et le peu d’action. Je ne ressemble à aucun des personnages. Le héros va essayer de tout braver pour retrouver sa liberté.

Gagnant: - Aubry De Voeght - Livre: Sans abri

Prix de la critique

L’histoire de Link, originaire d’Angleterre, m’a laissé indifférent ; mais, j’ai aimé son combat contre Refuge, policier à la retraite, et la quantité d’actions. Cependant je n’ai pas apprécié le fait qu’il ait été jeté hors de chez lui par son beau-père. Tout ce que je peux dire, c’est que le héros est très chanceux.
Le style est bon mais pas prenant et les dialogues sont ternes.

Gagnant: - Aubry De Voeght - Livre: Simple

Prix de la critique

Je n’ai pas apprécié l’histoire de Simple et Kléber. Simple est un handicapé mental, Kléber qui est son frère, est très fatigué car il doit s’occuper jour et nuit de son frère.
Le héros, Kléber, va essayer d’empêcher son frère de rentrer à Malicroix, une institution pour débiles où son père veut enfermer Simple.
Le style de l’écrit est terne, le vocabulaire est simple, trop peu varié.

Gagnant: - Aubry De Voeght - Livre: Soldat Peaceful

Gagnant: - Laura Detraux - Livre: E-den

Prix de la poésie

Amie ? Ennemie ?
Ange ? Démon ?
Pour certains elle est la liberté,
Heureusement d’autres connaissent la vérité…
Ils savent quel poison elle est,
Quel serpent aux mortels crochets…
Frappant lorsque l’on ne s’y attend plus,
Tuant sans scrupules,
N’en laissant réchapper que quelques uns
Avec la promesse de noirs lendemains…
Emplis de regrets et de désarroi
Pour cause, le souvenir d’autrefois…
Une vie torturée,
Un avenir gâché
Voilà le meilleur de ce qu’elle peut apporter
Et le pire, mieux vaut ne pas y penser !
Même si cela peut paraître étrange,
La drogue est démon au visage d’ange…

Gagnant: - Antonia Debout - Livre: Simple

Prix de l'humour

Cher patient,
Je vous recommande la lecture de Simple, médicament magique, qui vous redonnera le sourire.
Je vous conseille une dose de 2 ou 3 chapitres par jour.
Mais attention ! Ce livre a de gros effets sur vous, car en le lisant vous pouvez vous retrouver dans un état d’hilarité totale et une imagination débordante de surprises.
N’oubliez pas d’avoir toujours votre médicament sur vous, car une dose de Simple et vous ne pouvez vous empêcher de rire.
Docteur Simple

Gagnant: - Dan Castro - Livre: Bjorn le Morphir

Prix de l'originalité

Gagnant: - Alexandre Dehout - Livre: Soldat Peaceful

Prix du regard sur le monde

A la fois beau comme l'amour, beau comme la vie et triste comme la haine, triste comme le monde, c'est le récit de l'éternelle lutte des simples humains que nous sommes contre l'injustice, toutes les injustices.
Au fond des tranchées, au fond de l'horreur et de la nuit noire, un homme vient au monde parmi tous les morts.