Prix du commentaire : Héloïse Schippers, 15 ans

Concerne le livre : La route de Chlifa

(La leçon qu'on peut tirer de ce livre est bien trop longue que pour pouvoir la résumer en seulement 15 lignes …)
La route de Chlifa, c'est tout d'abord la route qui mène à la vie, car c'est par ce chemin que Karim rejoindra une région non atteinte par la guerre. Mais on pourrait lui attribuer beaucoup d'autres surnoms, tels que " la route du destin " ou bien " la route de l'espoir " ou encore " la route du danger (voire la mort)… Le destin est bel et bien le premier facteur qui a poussé nos deux héros à vivre ces multiples aventures, et l'espoir les a accompagnés tout au long du voyage. Malgré le danger des bombes qui détruisaient leur pays, ils ont entrepris cette longue marche, mais seuls Karim et Jad vont en sortir vivants. Et l'adolescent désespère, d'une part, s'accusant de la mort de Maha, mais d'autre part, il ne vivra qu'en mémoire de la petite fille … donc pour ELLE.

 

Prix du commentaire "ex aequo" : Céline Hittelet, 17 ans

Concerne le livre : L'oasis

Le terrorisme est un sujet particulièrement difficile et délicat à exposer. Mais l'auteur, à travers la vie d'un petit garçon nous fait bien comprendre ce fléau. De cette manière, on comprend mieux la peur du peuple algérien (entre autres) et la situation précaire qu'ils doivent supporter chaque jour. La liberté de pensée est la chose la plus importante pour une culture, et je pense qu'il est important que des livres sur ce sujet soient écrits et diffusés partout, surtout auprès des jeunes.

 

Prix de la synthèse : Samuel Legros, 15 ans

Concerne le livre : Catfish blues

Comment montrer ses talents de chanteur de blues dans une région où tous les noirs n'ont qu'une chose à faire, cultiver les champs le mieux possible. Mais Catfish, lui, ne veut que chanter du blues. Quoiqu'il arrive, il veut réaliser son rêve : être le meilleur chanteur de blues de la terre, le meilleur catfish. Il trouvera sur sa route le Ku Klux Klan, les racistes, les profiteurs… Mais son oncle sera à ses côtés. Pour finir, il sera là, il sera devant vous pour chanter ses plus grands succès.

 

Prix du jugement critique : Diego Diaz-Bonnarens, 14 ans

Concerne le livre : La dame qui tue

Qui n'a pas encore lu un roman de Marie-Aude Murail ? Elle est connue de tous les (bons et moins bons) lecteurs. Je trouve donc dommage que la place ne soit pas laissée à des auteurs à découvrir. Ne serait-ce pas l'occasion pour eux de se faire connaître du grand public ? Mais ce qui est fait est fait. Quant au livre, rien à redire, ou si peu … L'aventure de Nils et Catherine est des plus captivantes et le roman nous transporte réellement dans le monde de la dame en noir.

 

Prix de l'humour : Agniezka Kurzweil, 12 ans

Concerne le livre : Shabanu

Soleil, désert et ces drôles de bêtes bossues
Ha ! impossible de vivre sans cela
Agitée comme une puce, c'est vrai
Bon, un peu désobéissante
Ha ! mais je cherche ma liberté
Ne me contredites pas, je suis têtue !
Une fille pas comme les autres, c'est sûr !

 

Prix de l'originalité : Deniz Tosun, 12 ans

Concerne le livre : Catfish blues

Si j'étais une couleur, je serais noir, comme ma peau
Si j'étais une qualité, je serais persévérant pour surmonter mes difficultés
Si j'étais une musique, je serais le blues pour m 'exprimer avec ma guitare
Si j'étais un objet, je serais un disque, le but que je me suis fixé
Si j'étais une ville, je serais Chicago pour réaliser mon rêve
Si j'étais un animal, je serais l'oiseau pour vivre libre
Si j'étais un personnage célèbre, je serais Gérard Herzhaft, l'auteur de Catfish Blues

 

 Prix de l'émotion : Stéphanie Van Brabant, 14 ans

Concerne le livre : Shabanu

Suzanne Fisher-Staples m'a réellement transportée dans un autre monde, celui de Shabanu, j'étais avec elle dans le désert, son paradis terrestre. Je vivais auprès d'elle. Je partageais ses joies et ses pensées. Pourquoi son entourage voulait-il gérer sa vie alors qu'elle était faite pour le désert ? J'enrageais. Mais la tradition musulmane a été la plus forte.