Tatiana Kaspoutin, 14 ans

Concerne le livre : Séléné

"Séléné", roman de Barbara Wood, nous plonge dans le monde antique. Mêlant l'Histoire et la fiction, l'auteur nous raconte la vie d'une jeune femme prête à braver tous les dangers pour retrouver l'être qu'elle aime et, également, pour exercer son métier - la médecine. Barbara Wood nous enseigne, via ce roman, quelle fut la condition de la femme dans l'Antiquité. Elle nous rappelle aussi, que si l'on cherche, on finit toujours par trouver, ainsi Séléné trouve-t-elle l'amour et le bonheur. Ce roman distrayant et facile à lire offre un excellent aperçu historique.

 

Anne Mauhin, 16 ans

Concerne le livre : Séléné

Séléné, c’est la fabuleuse histoire d’une fille qui se trouve séparée de l’homme qu’elle aime pour partir à la recherche de son identité et de son destin. Tout au long du livre, Séléné, qui passe par différents noms tels que « Fortuna » de Magna, Umma, Pérégrina…, rencontre des gens différents avec des coutumes différentes, mais aussi des difficultés, des amies… Séléné veut accomplir son destin, et après maintes péripéties… elle y arrivera, comme elle a retrouvé l’homme qu’elle aime.

 

Caroline Van Vyve, 17 ans

Concerne le livre : Le Passeur

Ce superbe roman mêle étroitement humour, suspens, science-fiction, réalisme, réflexion philosophiques et sociales et appel à la sensibilité. L'histoire, tout en pouvant être lue avec détachement, juste pour le plaisir, peut aussi captiver son lecteur, être considérée avec sérieux, et amener à de profondes réflexions sur la société. Le roman présente un monde exemplairement organisé, dans lequel tout semble être parfait, et qui comporte pourtant une faille cruciale ... Le monde idéal existe-t-il ? Ce récit fait penser à juste titre que non. Le style permet de se glisser sans difficulté dans la peau du personnage, de partager ses émotions et de comprendre ses réactions. En bref, voilà un livre qui vaut vraiment la peine d'être lu.

 

Stéphanie Van Brabant, 14 ans

Concerne le livre : Le Passeur

Les événements s'enchaînent les uns aux autres. Ils nous donnent l'envie de vivre dans ce monde merveilleux : pas d'imprévu, pas de maladie, pas de guerre, un avenir assuré et une vieillesse heureuse. Le lecteur vit l'aventure de Jonas. Comme lui, il découvre petit à petit l'horrible vérité. Il vit dans sa chair l'angoisse du héros. Vraiment super et en plus tout finit bien.

 

Nathalie Van Vyve, 14 ans

Concerne le livre : La cascade gelée

Cette histoire est si touchante et émouvante ! Elle relate des histoires vraies, mêlant le merveilleux aux sentiments les plus forts. Sans totalement bouleverser le lecteur, elle l'invite à réagir par rapport à ces actes quotidiens. Ne rencontrons-nous pas de rejetés chaque jour ? Que doivent penser les immigrés face à nous ? Ne pourrait-on pas les aider ? Toutes ces questions sont nées dans mon esprit après cette lecture. Peut-être aussi un sentiment de culpabilité devant toute cette incompréhension. Mais en se détachant de l'aspect "vécu" du récit, on se trouve face à un roman passionnant et captivant dont on ne sait se défaire.

Prix du Recyclage : Florence Evrard

Concerne le livre : No man's land

 

Prix de l'Ombre : François Frippiat

Concerne le livre : Instinct


 

Prix de l'Empreinte : Igor Remacle

Concerne le livre : Instinct

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prix du Bouleversement : Marie-Eugène Cifende

Concerne le livre : Là où naissent les nuages

Là où naissent les nuages

(Là où est né mon espoir)

 Je trouve ça important de faire lire ce genre de livre à des jeunes de notre âge. On ne se rend pas compte qu’on est des adolescents prétentieux et égoïste dont la seule préoccupation est d’avoir le nouvel IPhone ou de savoir comment arriver à convaincre ses parents de nous laisser dormir chez une amie en promettant que les parent seront là. La plupart d’entre eux vivent dans la même maison depuis leur naissance et sont nourris à leur faim sans même se rendre compte qu’en fait, c’est une chance. Après avoir lu Là où naissent les nuages, je me suis demandée : « et si j’étais née dans une autre famille ? Qu’est-ce qui fait que moi, j’ai droit à tel ou tel confort ? »  

Je m’appelle Marie-Eugène et j’ai 16 ans. J’aurais pu m’appeler Narantsetseg et vivre dans la rue, j’aurais pu dormir à même le sol dans un souterrain ou manger une fois de temps en temps. Dire qu’il nous arrive de jeter nos restes tellement on est rassasié…  

Je vais à l’école. Oui, je vais à l’école et je m’en plains. L’école, c’est 7 heures par jour. 7 heures tous les jours à m’instruire, à améliorer mon anglais, à apprendre le néerlandais, faire des maths et du français, alors que quelque part, de l’autre côté du globe, une autre personne qui n’a rien demandé est en train d’apprendre à voler, à tuer, à deaeler, quelqu’un fait de son corps un objet sexuel, tout cela pour pouvoir se nourrir. Ça m’a fait penser à une phrase d’un dessin animé : Nous, on mange pour vivre ; eux, ils vivent pour manger. Je ne me vois pas attendre que les gens finissent de manger dans les restaurants pour demander leurs restes, pour moi ça a toujours été simple : une petite faim, le Mc Do du coin. Je me suis sentie vraiment nulle car moi, je ne savais pas ce qu’était la faim (à part pendant les 10 dernières minutes du cours juste avant le dîner), je ne sais pas ce que ça fait de se retrouver sans famille ou au contraire d’avoir tout le poids de sa famille sur les épaules. Les seules fois où j’ai vraiment eu à travailler, c’était pour m’acheter mon nouveau pc, pas pour survivre, c’est aux adultes de le faire, non ? Eh bien, il s’avère que ce n’est pas partout le cas.

Je m’appelle Marie-Eugène et je vis en Belgique. J’aurais très bien pu vivre dans un quartier mal famé d’un pays en voie de développement. J’aurais pu fréquenter la racaille, être cette racaille. Avoir vécu dans un quartier tout pourri avec rien au-dessus de ma tête. Pas même un toit au-dessus de moi pour protéger mes rêves. Vivre dans un monde où l’éducation est aussi rare là-bas qu’un enfant qui ne va pas à l’école ici. Mais non, je vis dans une maison, j’ai une chambre et je me plains de devoir la partager avec ma soeur.

Je trouve ça important de faire lire ce genre de livres à des jeunes de notre âge, tout simplement parce qu’on comprend la vraie valeur de la vie, avoir quelqu’un sur qui compter, quand autour de nous tout n’est plus que désespoir. On a tous besoin d’une lumière quand on se retrouve seul, errant dans la nuit noire. Je m’imagine, moi, enfant des rues, voyant une voiture se garer sur le trottoir, avec des gens qui me parlent. Je pense que je n’aurais sûrement pas voulu monter dans la voiture, avec tous ces gens qui te promettent de te faire changer de vie mais qui au final t’exploitent, je pense que je ne serais pas montée. Mais si, dans les yeux de ces personnes, je pouvais lire de la compassion, je pouvais voir dans leurs yeux l’espoir, je pense que je monterais dans cette voiture.

Ce livre a changé ma vision du monde, vraiment. Et il faudrait de plus en plus d’auteurs qui créent un personnage si proche de son public, si semblable. C’est si facile de s’identifier à Amelia car on se sent tous en compétition, si je peux dire ça comme ça, avec quelqu’un de son entourage aussi proche ou éloigné soit-il, aussi confiants ou douteux sommes-nous. Cette aventure a fait d’elle une nouvelle personne. C’est comme si, en montant dans l’avion, elle renaissait. Et qu’importe ce qu’elle a fini par apprendre à la fin, je suis sûre qu’elle ne le regrette pas car elle a appris à s’exprimer, elle s’est retrouvée dans un environnement où elle n’était pas la fille d’un riche docteur et d’une juriste, non, elle n’était rien d’autre qu’une petite blanche en surpoids et elle devait y faire face. Elle ne pouvait plus se cacher, engloutir des tonnes de chocolat, elle devait juste être elle. Elle a dû se sentir perdue bien sûr, mais je pense (encore une fois) que tu ne sais pas qui tu es jusqu’à ce que tu perdes qui tu es, comme le dit si bien Taylor Swift.

« Question adressée au Pape :

Cher Saint-Père, je veux maintenant vous poser ces questions : Il y a beaucoup d’enfants négligés par leurs parents. Il y en a aussi beaucoup qui sont devenus des victimes et beaucoup de choses terribles leur sont arrivées, comme la drogue ou la prostitution. Pourquoi est-ce que Dieu permet que ces choses arrivent, même quand ce n’est pas la faute des enfants ? Et pourquoi y a-t-il si peu de personnes pour nous aider? »

Philippines : témoignage de Jun Chura, enfant des rues sauvé par l’association ANAK.

 Ce que je me suis dit à la fin du livre, c’était qu’il est peut-être temps de se lever parce que peu importe l’âge qu’on a, on peut changer le monde.

 

Prix de l'Evolution : François Badot

Concerne le livre : No man's land

Prix de l'évolution (clique sur le lien pour visionner la vidéo)

 

Prix de la Bande-annonce : Olivier Nyst

Concerne le livre : Instinct

 

Prix du Graffiti : Romain Delait

Concerne le livre : Instinct

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prix du Mystère : Victor Mazy

Concerne le livre : La bobine d'Alfred

 

Prix de la Clairvoyance : Jeanne Rezette

Concerne le livre : Justice pour Louie Sam

 

Prix de l'Attrape-Rêves : Mathis Grimonster

Concerne le livre : Justice pour Louie Sam


 

Prix de la Frontière : Nathan Diseur

Concerne le livre : Justice pour Louie Sam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la nuit blanche et rouge / Jean-Michel Payet

Résumé

Une jeune fille de la noblesse russe engagée dans la révolution sanglante de 1917, un secret de famille, un complot politique, un voyage aux confins de la Russie, un jeune homme étrange qui survient toujours à point nommé, un zeste d’amour et de fantastique : ce sont les ingrédients de ce roman d’aventures dense et riche où tout s’imbrique parfaitement.

 

 

En attendant New York / Mitali Perkins

Résumé

Inde, années 1970. Le père d’Asha part chercher du travail aux Etats-Unis. En attendant, la jeune fille loge dans la famille de son père, à Calcutta, avec sa mère et sa sœur aînée Reet. Elle supporte mal l’atmosphère très traditionnelle de la maison : cantonnée à son rôle de femme, elle voudrait jouer au tennis et sortir librement. Le jour où son père meurt accidentellement, il faut trouver de l’argent et marier Reet. Asha est désespérée face aux prétendants âgés ou arrogants…

 

Le fil à recoudre les âmes / Jean-Jacques Greif

Résumé

Après l’attaque par les Japonais de la base navale américaine de Pearl Harbor, Kenichiro, sa petite sœur et sa mère ainsi que tous les Japonais vivant aux Etats-Unis depuis des décennies sont brusquement considérés comme des étrangers et des ennemis. Ils sont rassemblés dans des « camps de réinstallation », cernés de barbelés et surveillés par des « conseillers de sécurité » armés. Kenichiro envoie régulièrement des lettres à son ancien professeur d’anglais où il décrit sa situation déplorable avec humour. Un jour, il lui annonce qu’il va devoir retourner au Japon non loin d’Hiroshima…

 

Le retour de la demoiselle / Cathy Ytak

Résumé

Brian et ses parents se battent pour que l’écrin de verdure en face de leur maison ne soit pas transformé en un luxueux complexe hôtelier. Seule l’apparition d’une libellule demoiselle, espèce protégée, sur les lieux pourrait interrompre le chantier, mais on n’en a plus vu dans la région depuis très longtemps. Parallèlement à sa lutte pour la défense de l’environnement, Brian découvre la musique et un instrument, la harpe celtique, qui l’aideront à aller jusqu’au bout de ses rêves.

 

Je suis un phénomène / Elisabeth Atkinson

 Résumé                                                                                                                 

Pas évident de trouver sa place quand on a un nom impossible, qu’on mesure presque 1,80 m à 12 ans, qu’on a une mère totalement excentrique, qu’on ne sait rien sur son père et que parler à quelqu’un de son âge paraît insurmontable. C’est le sentiment de Faye Noman. Mais peut-être cela va-t-il changer grâce à cette lettre qui l’invite à passer une semaine dans un camping pour une grande réunion organisée par la famille de son père…

 

Le Grillon : récit d'un enfant pirate / Tristan Koëgel

Résumé

Grillon. C’est le surnom d’un enfant coréen recueilli par des pirates en Somalie. Il a grandi parmi eux, avec, pour seuls compagnons de jeux, ces hommes parfois violents et une amie imaginaire tirée d’un vieux livre d’images : Dress, la fille à la robe rouge. Sa vie, c’est le bateau, la pêche à la mitraillette, l’océan et le mouvement des vagues, pas le sol plat et figé de la terre ferme. C’est pourtant à terre que le chef des pirates le laisse, dans un institut français d’où il nous raconte ses aventures. 

 

L'innocent de Palerme / Silvana Gandolfi

Résumé

Santino, 7 ans, vit à Palerme avec ses parents. Son père et sa mère veulent pour lui une belle fête de communion et vont, pour réunir assez d’argent, voler des chefs mafieux locaux. La vengeance de la mafia est terrible. Santino, gravement blessé, y survit par chance, ce qui n’est pas le cas de son père. Un jeune juge, bon et droit, tente de le convaincre de témoigner… Lucio, 12 ans, habite Livourne avec sa mère malade et son encombrante petite sœur, Ilaria. Un jour, il découvre que sa mère a disparu et pense qu’elle a été appelée à Palerme. En catastrophe, il part avec Ilaria pour la retrouver.

Quel lien mystérieux relie Santino à Lucio, deux enfants traqués par la mafia sicilienne ?

 

Désobéis ! / Christophe Léon

Résumé

Les adolescents de chaque nouvelle de ce recueil dénoncent de façon marquante, mais sans violence ni illégalité, la situation qui les indigne. Dictature de la pub, de la surconsommation, alerte à la pollution, intolérance, vivisection… Tous les sujets qui fâchent y passent, avec un seul mot d’ordre : agissez !


Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre / Ruta Sepetys

Résumé

Lina et sa famille sont Lituaniens. Leur vie bascule lorsque, pour la simple raison qu’ils sont une famille d’intellectuels jugés antisoviétiques, ils sont déportés en Sibérie. Après des semaines passées en wagons à bestiaux dans une promiscuité horrible, Lina, son petit frère Jonas et sa mère se retrouvent dans un goulag, un camp de travail forcé, où ils doivent travailler jusqu’à épuisement pour recevoir à peine de quoi survivre.


Le monde attend derrière la porte / Pascale Maret

Résumé

Sarah est obligée de porter une longue jupe et un foulard sur la tête, elle doit prier tous les jours, ne peut pas parler aux « étrangers », doit fréquenter un établissement scolaire spécialisé… Elle n’en peut plus de cette vie qui lui est imposée par la Communauté des Rigoristes. Alors, elle commence à se rebeller. Des petits mensonges aux fugues répétées, sa révolte la conduira à un choix déchirant mais libérateur.

 

Comment (bien) gérer sa love story / Anne Percin

Résumé

Dans cette suite du déjà célèbre « Comment (bien) rater ses vacances », on retrouve Maxime, cet adolescent qui manie l’ironie et l’humour avec un talent fou et étale sa culture générale dans les notes de bas de page, dans une autre série d’aventures et de maladresses quotidiennes, toutes plus réjouissantes les unes que les autres.

 

 

Boys don't cry / Malorie Blackman

Résumé                                                            

Les garçons ne pleurent jamais, dit-on. Pourtant, la situation de Dante, 17 ans, est à pleurer : son ex-petite amie vient de lui amener un bébé dont elle affirme qu’il est le leur, puis elle s’enfuit en le lui laissant sur les bras. A 17 ans, devoir s’occuper d’une petite fille à temps plein alors qu’il ne rêve que d’être admis à l’université et de traîner avec ses amis, c’est un imprévu auquel Dante va essayer de faire face avec son père et son jeune frère.

 

Mamie Mémoire / Hervé Jaouen

Résumé 

Mamie déménage, et cela ne veut pas seulement dire qu'elle quitte sa grande maison pour venir s'installer chez sa fille...Depuis quelque temps, Mamie a des distractions; elle perd de menus objets, elle oublie une casserole sur la cuisinière... Le médecin consulté est hélas formel : il s'agit de la maladie d'Alzheimer. La mémoire de Mamie est comme les feuilles d'un arbre, elle s'éparpille de saison en saison, se perd. Alors toute la famille entre dans le jeu : il faut stimuler la mémoire de Mamie, l'aider à en rassembler les fragments, à se souvenir des sourires et des visages, des lettres d'amour et des gestes de tout les jours... Il faut aussi la surveiller pour que toutes les petites cuillères ne finissent pas sous son matelas, la persuader que la guerre est finie, quitte à agiter de petits drapeaux bleu blanc rouge en criant : "C'est l'armistice!", la border quand elle redevient petite fille...

 

 

La course du zèbre / Chaïm Potok

Résumé 

Un accident, un deuil, une angoisse, un secret trop lourd à porter, une souffrance : les héros adolescents de chacune des cinq nouvelles de ce recueil ont tous, à un moment ou à un autre, été arrêtés dans leur course à travers la vie. Ils croient que cet arrêt est définitif. Qu'ils n'auront plus jamais la même énergie, la même confiance, le même plaisir de vivre. Et heureusement, ils se trompent. Car s'arrêter dans sa course, c'est bien sûr ne plus avancer, mais c'est aussi regarder d'un autre oeil ce qui se passe autour, parfois tout près de soi.

Il y a des chances qu'on peut saisir en restant immobile. Il y a des obstacles qu'on franchit simplement en écoutant. Il y a des rencontres décisives qu'on fait parce qu'un jour on s'est cru abandonné sur le bord de la route, condamné à attendre : un artiste soldat, vétéran du Viêt-nam, un guérisseur indien, un bébé réconciliateur, une nouvelle famille, un esclave pakistanais au courage contagieux.

 

En attendant la pluie / Sheila Gordon

Résumé 

Dans une Afrique du Sud soumise au régime de l'apartheid, deux garçons, l'un noir et l'autre blanc, sont amis. Tengo et Frikkie ne savent pas encore ce qui les sépare, mais ils comprennent peu à peu. Surtout Tengo, qui voudrait aller à l'école et apprendre, comme le font les enfants blancs. Cependant, pour un jeune Noir qui vit à la campagne, l'éducation n'est pas un dû. Pour étudier, il part vivre dans les faubourgs de Johannesburg. Il oublie Frikkie. Un jour pourtant, au cours des émeutes qui ensanglantent Soweto ...

 

Je suis Juan de Pareja / Elizabeth Borton de Treviño

Résumé 

Juan de Pareja a déjà appris beaucoup de choses dans sa courte vie d'esclave noir. Il a vu des gens mourir de la peste, et il a eu à se méfier d'autres qui se disaient compatissants. Il a appris à lire et à ne pas s'attirer les foudres de ses maîtres. Avec Don Diego, qui est le grand peintre Velazquez, il va voir s'ouvrir devant lui un champ bien plus vaste de connaissances. Son nouveau maître, en effet, lui apprend comment regarder, mais le blesse en refusant de lui enseigner son art. C'est que les esclaves n'ont pas le droit de peindre. Pour la première fois, Juan, qui n'est pas un rebelle, désobéit, agit en secret, parce qu'il ne peut s'en empêcher. Il découvre que l'art doit être vrai, que c'est « la seule chose de la vie qui doive reposer sur la plus solide vérité, parce que, sinon, il ne sert à rien ». Il apprend les règles de la lumière, et à capter, dans les portraits, les âmes emprisonnées. Aux côtés de Velasquez, il parcourt l'Italie et l'Espagne, rencontre Rubens et une jeune femme révoltée qui sait l'avenir...

 

La maison vide / Claude Gutman

 Résumé

David les a vus, son père et sa mère, leur valise à la main, entre deux policiers. Il les a attendus, longtemps, longtemps. Lui, il dormait chez les voisins depuis des mois. C'est pour cela qu'il n'avait pas été emmené. 1944... David a quinze ans, il est vivant. Il est rempli de douleur et de rage, et surtout habité par toutes ces voix contradictoires : "tu es juif, tu es comme tout le monde, tu es français, ils t'ont abandonné, il faut faire confiance, il ne faut jamais faire confiance. On est seul. On n'est jamais seul". Il écrit pour comprendre.

 

Le passage / Louis Sachar

Résumé                                                                                                          

Stanley Yelnats est poursuivi par la malchance. Tout comme ses père, grand-père et arrière-grand-père. Et ce, à cause d'une malédiction qui a frappé ce dernier. C'est donc avec le sentiment d'être poursuivi par la fatalité que Stanley accepte le coup du sort qui le condamne, pour un acte qu'il n'a pas commis, à passer 18 mois au Texas dans le camp du Lac vert. Celui-ci, malgré son joli nom, n'a rien d'un lieu de villégiature. D'abord, le lac a laissé la place à un désert aride. Ensuite, les "pensionnaires", tous jeunes délinquants, sont condamnés à creuser chaque jour un énorme trou dans cette terre desséchée. Cette punition stupide cache un dessein poursuivi par le terrible "directeur" du camp.